mardi 16 juin 2015

Hugo Jutel, ancien élève de TSTD2A nous partage ses créations

En Mai, Hugo est revenu nous voir très gentiment et nous a raconté sa première année d'études supérieures à Paris. Reçu à  l'École supérieure des  Arts Décoratifs de Strasbourg (Hear), il intégrera La Villa Arson à Nice, la seule institution nationale dédiée à l’art contemporain qui réunit un centre d’art, une école supérieure d’art, une résidence d’artistes et une bibliothèque spécialisée.
Voir : http://www.villa-arson.org/
 Grâce à Facebook, nous restons en lien avec Hugo qui nous a donné l'autorisation de montrer ses créations avec ses explications :
"Le totem traditionnel amérindien mixant végétal, animal, humanoïde, il peut donner envie de créer des atmosphères bigarrées. A nous de créer les mélanges saugrenus pleins de malices. Le mot "totem" devient un protocole, une notion analogue au baroque. C'est un prétexte à tous les fantasmes et à toutes les créations. TOTEM (ce que représente pour moi un totem) : télescopage, florilège, hybridation, anachronisme, analogie, extrapolation, réminiscence, réincarnation, historicisme ou désordre fécond... (?)
Un totem représente l'alpha et l'oméga, son but est de traduire l'entité du monde des vivants voire celui des morts, c'est un symbole religieux. Mélangeant tous les contrastes, il peut nous donner envie de créer des atmosphères étranges. "Totémiser" revient à créer une sorte de florilège grotesque, mixant comique et tragique. Le mot "totem" devient un protocole de fabrication, et une notion analogue à l’Ouroboros. C'est un prétexte à tous les fantasmes et à toutes les créations.
Mes créations sont bigarrés, pleines de malices et d'hallucinations. Elles sont dues à mon désir de créer «un monde où tous les contraires seraient harmonieusement possibles». Je brouille les limites entre les genres pour atteindre un désordre fécond."



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire